DÉMINAGE

Personne ne sait combien de mines sont encore disséminées dans le monde. Les estimations varient de 60 à 100 millions. Nous contribuons à leur diminution, jour après jour.

Les mines ne font pas la différence entre des soldats du camp adverse et des enfants qui jouent. Pas plus qu’entre la guerre et la paix.

A l’heure actuelle, près d’un tiers des pays du monde sont contaminés par des mines, des sous-munitions ou d’autres engins de guerre explosifs. L’Afghanistan, l’Angola et l’Irak sont particulièrement touchés, mais aussi le Cambodge et la Bosnie-Herzégovine.

Lorsque les zones sont déminées, la vie des populations locales s’améliore considérablement : les terres, l’eau potable, les écoles, les hôpitaux ou les marchés sont à nouveau accessibles sans danger. Le déminage est également important pour la promotion de la paix ; il fait souvent partie des négociations et des traités de paix. Les horreurs de la guerre ne peuvent disparaître que lorsque les mines sont retirées.

Procédure standardisée

Pour que la terre puisse être à nouveau utilisée sans risque après une guerre, différentes étapes sont nécessaires. Le déminage est cher, long et respecte des procédures définies de manière précise.

1. Collecte d’informations (enquête non technique)

Lors de l’enquête non technique, les renseignements sur les champs de mines sont collectés et analysés de manière systématique. Cela inclut le tracé des lignes de front, les cartes de mines, les informations de la population sur place, les signalements d’accident, etc. A l’aide de ces connaissances, les zones probablement contaminées sont identifiées et consignées.

2. Délimitation et caractérisation des zones minées (enquête technique)

L’étape suivante vise à identifier ou confirmer les limites et la situation exacte des champs de mines afin de pouvoir effectuer un déminage ciblé par la suite. Les terrains non minés peuvent alors être rendus à la population.

3. Déminage

Lorsque les champs de mines sont déterminés, des équipes de déminage fouillent méticuleusement le terrain à la recherche de mines. Elles marquent leurs découvertes puis désamorcent les mines.

4. Documentation et restitution du terrain

Une fois le travail terminé, toutes les données pertinentes sont consignées et transmises aux services compétents. Ces derniers effectuent le contrôle de qualité puis restituent le terrain.

Méthodes de déminage

Lors de l’enquête technique et du déminage, différentes méthodes sont souvent combinées afin de trouver et de neutraliser les mines, selon la topographie, l’infrastructure, les voies d’accès, les conditions climatiques, les ressources et la législation en vigueur.

Déminage manuel

Le déminage à la main reste la méthode la plus reconnue et la plus utilisée. Il est souvent combiné à d’autres techniques. Dans des trames et des sections définies, les démineurs progressent centimètre par centimètre. Selon le terrain et la végétation, des détecteurs de métaux, des aiguilles de détection ou des râteaux sont utilisés. Les engins explosifs trouvés sont marqués et retirés de manière professionnelle.

Déminage mécanique

Sur les terrains adaptés, des machines sont aussi utilisées afin de préparer ou de compléter l’intervention humaine. Des véhicules blindés peuvent par exemple retirer les buissons et ameublir le sol. D’autres machines font exploser les mines. Les machines permettent de déminer plus rapidement de plus grandes surfaces. Elles peuvent certes être utilisées avec un risque plus faible, mais elles sont coûteuses et nécessitent de l’entretien.

Recherche de mines avec des animaux

Les chiens peuvent être d’une grande aide dans la recherche de mines. Les chiens renifleurs flairent et localisent les engins explosifs. Ils sont minutieusement formés afin de pouvoir travailler de manière précise et sans risque sur le terrain. Les chiens renifleurs doivent être guidés par du personnel formé et accueillis dans le respect des animaux.

Des rats, avec leur odorat exceptionnel, sont aussi utilisés dans la recherche de mines. Ils flairent l’engin explosif et le montrent en grattant ou en restant sur place. L’avantage : ils sont si légers que les mines n’explosent pas. Des essais réalisés avec des abeilles montrent qu’elles peuvent aussi identifier l’odeur des engins explosifs.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suivez-nous